· 

Fumer n'est pas polluer ?

J'ai vécu ma carrière professionnelle dans l'industrie des caoutchoucs, élastomères et plastiques. Directeur général d'un important producteur Français après bien des étapes dans l'entreprise, président de région du syndicat patronal caoutchouc, consultant industriel en caoutchouc pour de grands groupes du domaine, plus de 40 années dans ce domaine me donne une opinion relativement objective sur le sujet de la pollution dans ce domaine qui est au centre des stratégies industrielles à commencer par la protection des salariés.

 

L'évolution technologique globale ne serait pas ce qu'elle est sans les produits élastomères, pneus, joints d'étanchéité, de vibration, de compensation mécanique, ...

 

 

Les ponts béton sans supports caoutchouc ou les immeubles antisismiques seraient impossibles, pas de TGV ni d'avions... etc... etc. 

Le sujet du recyclage est dans la tête de tous les industriels du secteur depuis le début ou presque. Des centaines de sujets d'applications peuvent être abordés avec toujours une raison objective des présences polluantes.

 

Qu'en est-il du filtre du mégot de cigarette ?

40 milliards de mégots en France chaque année et plus de 5000 milliards dans le monde, une grande majorité termine en mer avec un effroyable effet polluant. Vous trouverez nombre d'articles sur le sujet, 1 filtre mégot pollue 500 litres d'eau, contient 4000 substances toxiques...

Alors pourquoi utiliser un tel produit ?

 

A l'origine pour protéger le fumeur contre lui-même. Le filtre était en coton ou en chanvre mais les producteurs de cigarettes ont rapidement recherché des solutions plus "marketing" et économiques, il faut un produit léger, très blanc, sans goût ni résidus, sans toxicité alimentaire, ininflammable et... économique !

 

La fibre plastique acétate de cellulose.

 

Très léger, bonne filtration (si bon compactage), collage liant, mais attention très blanc pour bien démontrer la filtration par les marques de goudron et donc une prétendue totale filtration... mais attention sans goût... mais attention pas de toxicité au contact de la bouche... mais attention ininflammable, non combustible pour le fumeur qui tire son bout rouge jusqu'au filtre, il doit être auto extinguible et puis aussi rester compact sous la chaleur, l'humidité... etc.

C'est ce cahier des charges qui va imposer aux industriels les apports de diverses substances et l'une des pires par exemple pour rendre le produit ininflammable car, pour ce faire, il faut y adjoindre des substances dont le gaz à la combustion repousse l'oxygène (principe ignifuge). 

Alimentaires ces produits ?

Ben non pas du tout. Mais que demandent les normes ?  D'être non toxique. Et être non toxique, c'est ne pas libérer les substances du produit dans l'organisme durant un cycle de digestion.

Plus c'est gros, mieux cela marche, plus c'est petit, plus c'est compliqué... épaisseur de la fibre composant le filtre : 20 microns et il y en a 12000 dans un filtre et une durée de décomposition de 12 /15 ans... bref toutes les substances seront libérées dans l'eau eh oui ! Dans l'eau et dans la mer car c'est bien là que finissent une grande partie des millions de tonnes de mégots.

Le fumeur qui va jeter et écraser bien fort son mégot au sol est un énorme pollueur parfois sans le savoir... c'est le problème, éduquer le consommateur, surveiller les producteurs.

Et la plupart des produits manufacturés sont concernés…

Ecologique je me déplace en vélo, super ! Mais… sur mon vélo, des pneus caoutchouc, des éléments plastiques, des métaux polluants des composants électriques.

Et moi ? Je suis piéton, c’est mieux ? Les composants de mes chaussures sont aussi effrayants, sauf à marcher pieds nus…

Renoncer aux produits industriels n'a pas de sens, il faut refuser leur abandon, les recycler car la plupart sont recyclables, filtres mégots compris.

 

Je vous parlerai prochainement des pneus automobiles. En connaissez-vous le nombre, le volume en rebut ? Que contiennent ces pneus ? Que deviennent-ils ?   

 

Le propre des produits élastomères est leur irréversibilité, pas possible de retrouver les composants initiaux isolés. Le recyclage passe par le changement d'usage et il y a des centaines de solutions, certes pas aussi simples et stupides que l'abandon mais tellement vecteur d'écologie et d'emploi…

Patrick S.

Écrire commentaire

Commentaires: 0